La pénurie de main-d'œuvre frappe aussi le secteur événementiel

Partout au Québec est inscrit en lettre de feu « On embauche ! ». La plupart des entreprises se démènent dans tous les sens pour se démarquer et tentent de déconstruire certaines structures désuètes pour attirer des nouveaux employés ou retenir les anciens. Qu’est-ce que cela implique pour vos événements ?

Touchons du bois mais il semble que la destination post-pandémique pointe le bout de son nez. En attendant, la demande pour reprendre les événements en présentiel explose et la main d’œuvre est de plus en plus rare.

Il apparaît que les facteurs responsables de la pénurie soient bien plus nombreux que ce qu’on imagine, et les aides gouvernementales durant la pandémie ne sont pas nécessairement à pointer du doigt !

Selon une étude de la Banque de développement du Canada (BDC), « 20% des gens qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie se sont replacés dans d’autres domaines et ne reviendront pas à leur ancien secteur ». Plongés dans un demi-sommeil durant plus de deux ans, un nombre significatif de protagonistes ont pris leur retraite, se sont envolés vers d’autres secteurs et les jeunes diplômés se retrouvent dans le feu de l’action de cette reprise inespérée, sans avoir nécessairement l’expérience adéquate.

 

 

Une enquête réalisée par Amplo spécialiste RH, montre que l’activité du secteur événementiel est de 140% plus élevée que l’année dernière à la même période. « La même quantité de travail doit être réalisée aujourd’hui avec près d’un tiers des effectifs en moins. », déclare la compagnie. Un chiffre qui laisse sans voix !

À cette problématique s’ajoute plus de deux ans de reports et d’annulation d’événements, de quoi s’arracher les cheveux ! Les mesures sanitaires envolées, il est évident que toute l’industrie met la barre haute pour rattraper ces dernières années en reprogrammant des événements pour 2022 et 2023 !

Prendre les nouvelles bonnes habitudes

Comme Lulu aime à le dire « il est important de se poser les nouvelles bonnes questions », un processus qui implique de prendre ipso facto de nouvelles bonnes habitudes. Actuellement, il devient de plus en plus difficile de sortir des lapins de notre chapeau. Chaque crise offre l’opportunité de révéler le meilleur de nous-même c’est pourquoi, à l’heure où ces mots sont écrits, l’ensemble des artisans spécialisé·es redoublent d’effort pour assurer la même qualité de service qu’autrefois.

Avant la pandémie, on comptait en semaine les délais de réservation pour les lieux, la main-d’œuvre, le mobilier, les équipes techniques, etc.

« Aujourd’hui, il nous faut environ six mois pour trouver le personnel nécessaire à un événement et les lieux ? Même histoire ! » déclare Mirella Di Blasio, présidente de Lulu événements. Selon Mirella, c’est grâce à des fournisseurs et des collaborateurs d’exception que « tout se passe comme sur des roulettes. »

Vingt ans d’expertise et une étroite collaboration avec un grand nombre de fournisseurs du Québec, nous permet de vous donner le conseil suivant …

Ne faites pas fi de cette nouvelle réalité ! Chez Lulu, on programme d’ores et déjà des événements pour le printemps 2023 !

Tout ceci permet de continuer notre chemin vers de nouvelles façons de penser, de faire, en nous remettant en question perpétuellement. Et comme dit toujours Lulu, il est important de se poser « les nouvelles bonnes questions ».

Et comme ultime conseil, que vous soyez du côté des agences ou de celui des clients, cultivons ensemble la bienveillance et l’indulgence nécessaire pour passer à travers les grands changements qu’imposent cette pénurie.

 

Sources

Belga, La Libre Eco avec. « La pénurie de main-d’oeuvre frappe les festivals : le secteur événementiel recherche 600 intérimaires pour cet été ». La Libre.be, https://cutt.ly/LJLA0R0

Cerasoli, C.P., Alliger, G.M., Donsbach, J.S., Mathieu, J.E., Tannenbaum, S.I., & Orvis, K.A. (2018). Antecedents and Outcomes of Informal Learning Behaviors: a Meta-Analysis. Journal of Business and Psychology, 33, 203-230.

Fiola, Élise. « Arts de la scène: Pénurie de main-d’œuvre : « On est allés au bout de ce qu’on pouvait faire » ». La Presse, 8 juin 2022. www.lapresse.ca, https://cutt.ly/OJ3TOtS

Pénurie de main-d’œuvre : la catastrophe annoncée. 25 avril 2022, https://cutt.ly/6JLA5i3

 

Écrit par
Manon Blache Veschi

Découvrez Lulu événements